La nouvelle tendance des écoles de haute technologie

Depuis la nuit des temps, l’Homme est capable du meilleur comme du pire et d’utiliser le progrès technologique pour le bien de l’humanité ou, a contrario, pour assouvir ses appétits les plus vils. Le numérique, et plus récemment l’intelligence artificielle, n’échappe pas à cette loi humaine et il nous appartient de former dans nos écoles des ingénieurs et des experts pour développer des applications au service de l’humanité.

Le progrès étant le progrès, ses potentialités s’additionnent, voire se multiplient. Il est clair qu’on ne peut envisager ceux qui seront les acteurs majeurs du Data Engineering sans les sensibiliser en même temps à tous les enjeux qui environnent ces disciplines et leur donner quelques armes intellectuelles pour les aider à garder leurs recherches, leurs innovations et leurs actions dans le sens du progrès humain.

Nous avons pour cela construit notre programme de formation aux humanités avec le souci d’éclairer nos étudiants, leur apprendre à manier les idées et se poser des questions sur le sens de ce que l’on fait et surtout de leur donner l’envie de comprendre et d’aller plus loin dans les domaines suivants :

  • Psychologie et Sciences Cognitives
  • Sociologie, notamment la sociologie des organisations et ethnologie
  • Courants de pensée philosophiques
  • Panorama du contexte social et environnemental du XXIe siècle

Dans cet esprit, nous avons instauré un certain nombre de disciplines qui demanderont lectures personnelles, débats et projets spécifiques. Mais surtout, nous demandons à notre corps enseignant et nos intervenants d’introduire un volet « éthique » dans l’ensemble des projets qu’ils donnent à traiter aux étudiants. De façon à ce que cela devienne un réflexe, pas un « truc en plus ».

Le projet citoyen annuel des premières années, ciblé vers le Bien public, amènera naturellement nos étudiants à se poser les questions sur tous les aspects qui entourent les produits et les entreprises dans le domaine de l’innovation : conséquences sociales, humaines, économiques, juridiques.

La culture macro-économique et géostratégique, les jeux d’entreprise sur les luttes de pouvoir contribueront à former des ingénieurs avertis sur l’ensemble des enjeux environnant les données qu’ils manipulent et auxquelles ils donneront la plus grande utilité et la plus grande valeur.