IA ET DATA : EVOLUTION OU REVOLUTION ?

Les nouveaux métiers de l’IA et des Big Data s’invitent en entreprise. De nouvelles activités naissent ou sont en passe de mise sur le marché : la voiture autonome automatisée, l’assistance au diagnostic médical, l’optimisation de la relation client…

L’extraordinaire croissance de l’intelligence artificielle et des Big Data dans l’économie n’a d’égale que la montée exponentielle des besoins des entreprises dans un contexte de pénurie de diplômés bien formés, capables de déployer les technologies de l’IA et du Data Engineering de manière opérationnelle. Le secteur est bel et bien arrivé à sa maturité. L’EPITA avec ses enseignements dédiés et plusieurs de ses spécialités, s’est inscrite dans ce mouvement depuis plus de 25 ans. Aujourd’hui, le développement de ces technologies nécessite de passer à une autre échelle : aussi l’IA  et le Data sortent-elles des labos de l’EPITA pour devenir une école à part entière, l’EPITA IA Institut. Pour s’ouvrir à toutes les dimensions de son suet de manière ambitieuse et innovante, l’EPITA IA Institut s’allie avec deux partenaires de poids, l’ISG, grande école de Management et l’ESME Sudria, école d’ingénieur pluridisciplinaire qui a ouvert ces dernières années une large place à l’IA et au Data Engineering..

C’est que le nouveau monde ainsi ouvert prend une ampleur vertigineuse : il va révolutionner nos économies et bouleverser notre mode de vie dans les prochaines décennies. Il va changer les pratiques de nos entreprises et concerner chacun d’entre nous. Il faut, pour affronter ces challenges, une école qui affiche un vrai niveau d’ambition, à la hauteur de la complexité du sujet. L’EPITA IA Institut s’est construit autour de 3 marqueurs innovants :

La durée des études.

Un 1er cycle de 3 ans, suivi d’un parcours grande école de 3 ans : c’est le temps nécessaire pour permettre à ses élèves d’appréhender le sujet dans toutes sa complexité et sous toutes ses facettes. Dès la 4ème Année, le parcours s’orientera vers l’immersion en entreprise (1 an et demi), sur le mode de l’alternance école-entreprise.

La pluridisciplinarité et l’approche ingénieur et manager.

A l’EPITA IA Institut, l’implication des 3 écoles partenaires se traduit par une imbrication étroite de 3 perspectives (technologie, management, humanisme) en lien constant avec les entreprises (en France comme à l’étranger).

C’est la première fois en France qu’un premier cycle Ecole donne accès au choix entre un 2ème cycle Grande Ecole d’Ingénieur et un 2ème cycle Grande Ecole de Management.

Le Double Diplôme

Témoignage de la diversité des connaissances à engranger, à l’issue du parcours, les étudiants bénéficieront d’un double diplôme : le Master of Engineering (Meng) de l’EPITA IA Institut et, selon le parcours retenu, le Titre d’Ingénieur de l’EPITA ou de l’ESME Sudria ou le diplôme visé de l’ISG.

Au total, l’EPITA IA Institut, en fédérant 3 Grandes Ecoles sur le sujet de l’IA et des Data, prend en compte toute sa complexité et réunit les meilleurs talents du monde académique et du monde professionnel. L’Advisory Board qu’a constitué l’école dès sa naissance reflète la richesse de la dynamique mise en œuvre autour d’elle. Au service de ses étudiants.

LES DEFIS DE L’IA : LA REPONSE DE L’EPITA IA INSTITUT

En soi, le sujet n’est pas nouveau. Il a peuplé la science-fiction depuis bien longtemps, l’une des illustrations les plus célèbres étant, dans 2001, l’Odyssée de l’espace, l’ordinateur HAL qui tente de prendre le pourvoir à bord d’un vaisseau en route vers Jupiter. Voilà bien longtemps que l’IA a quitté le monde de l’imaginaire pour peupler les laboratoires de recherche. En quelques années, elle devenue LE sujet sur lequel investir, les états rivalisant à coup de milliards de subvention car chacun a compris la puissance que recèle l’IA et le pouvoir économique, politique et militaire qui va avec.

Là où se trouvent la puissance et le pouvoir, le business et la finance ne restent jamais bien loin. Les grandes entreprises investissent massivement auprès des états, les grands centres de recherche entrent en compétition pour capter ressources et cerveaux, les écoles et les universités se mettent en ordre de marche pour apporter leur contribution et former celles et ceux qui feront l’élite de demain en la matière.

L’IA et les Data impactent tous les secteurs académiques et quasiment tous les aspects de notre vie : santé, transports, divertissement, sport, industrie, habitation… Ici elle se met au service des réseaux de coraux pour aider à les reconstituer, là elle révolutionne la presse en gérant les flux de nouvelles et en les authentifiant, ailleurs elle repère et compte les populations pour protéger l’environnement, elle contribue à organiser et fluidifier la circulation des voitures et des deux-roues dans les villes modernes. On la trouve aussi dans notre assiette où elle optimise la créativité des chefs. On sait depuis longtemps qu’elle a bouleversé la finance et que le marketing ne peut quasiment plus fonctionner sans elle.

LA CLE DU POUVOIR DE DEMAIN

Dans son rapport « Donner un sens à l’intelligence artificielle », Cédric Villani souligne à la fois les prodigieuses opportunités offertes par l’IA et les difficultés qui pavent cette route vers le nouvel eldorado. « Dans ce monde-là, écrit-il, qui est désormais le nôtre, ces technologies représentent beaucoup plus qu’un programme de recherche : elles déterminent notre capacité à organiser les connaissances, à leur donner un sens, à augmenter nos facultés de prise de décision et de contrôle des systèmes. Et notamment à tirer de la valeur des données. L’intelligence artificielle est donc une des clés du pouvoir de demain dans un monde numérique ».

MAIS C’EST AUSSI LE LIEU DE TOUS LES DEFIS

  • Comment faire assez vite et assez fort pour ne pas laisser les puissances en avance dans le domaine, aujourd’hui la Chine et les Etats-Unis, demain peut-être la Russie confisquer l’essentiel des avancées ?
  • Comment concilier la place accrue de la machine dans la société de production avec le monde traditionnel du travail (problème aussi vieux que l’industrie) ?
  • Comment associer l’ensemble des hommes et des femmes à la compréhension de ces technologies qui vont tellement impacter nos vies ?
  • Comment éviter ou cantonner les abus que l’IA risque d’engendrer : surveillance massive, contrôle politique ou sanitaire, encore plus lorsqu’elle est associée à l’acquisition et l’exploitation toujours plus rapide de données ?
  • L’IA risque-t-elle d’échapper un jour à ses concepteurs ?
  • Ne risquons-nous pas de perdre le contrôle de nos vies ?

L’ETHIQUE AU CŒUR DE LA FORMATION

Il est inévitable que les grandes avancées de progrès suscitent des craintes, justifiées ou fantasmées. Mais les mécanismes mis en jeu, l’ampleur du sujet, à la fois la technicité et la puissance de la discipline nécessitent que ces craintes soient prises au sérieux et que l’éthique constitue, chez tous les apprenants, une des bases de la formation au même titre que l’économie, les sciences et les techniques.